Skip to main content

Haïti : l'insécurité entrave l'aide humanitaire (PAM)

Countries
Haiti
Sources
UN News
Publication date
Origin
View original

La situation sécuritaire en Haïti au cours des trois dernières semaines a entravé les efforts déployés par le Programme alimentaire mondial des Nations Unies (PAM) et d'autres organisations humanitaires pour atteindre les personnes dans le besoin.

« Le programme d'alimentation scolaire du PAM - qui est considéré comme le plus grand filet de sécurité alimentaire en Haïti - a été particulièrement touché », a signalé mardi Hervé Verhoosel, le porte-parole de l’agence onusienne à Genève. Le PAM a pour objectif de distribuer des repas scolaires à 300.000 enfants chaque jour en Haïti, mais les livraisons de vivres ont dû être temporairement suspendues en raison de l’insécurité.

Même si le 6 octobre, pour la première fois en trois semaines, le PAM a pu livrer des vivres à 14 écoles haïtiennes qui participent à son programme d'alimentation scolaire pour nourrir environ 4.000 enfants, de nombreuses établissements dans tout le pays sont toujours fermées et n'ont toujours pas reçu la nourriture dont elles ont besoin pour fournir un repas scolaire quotidien à leurs élèves.

« Il y a donc plus de 240.000 enfants que nous touchons normalement chaque jour avec un repas chaud que nous ne pouvons plus aider pour le moment », a déploré Hervé Verhoosel dans un entretien à ONU Info.

Le PAM a également dû reporter plusieurs distributions d'aide alimentaire au moyen de transferts en espèces qui étaient prévus pour les personnes souffrant d'insécurité alimentaire. Cela touche certaines des communautés les plus vulnérables d'Haïti qui comptaient sur cette aide pour nourrir leurs familles.

L’agence s’inquiète que si l’insécurité perdure les niveaux d’insécurité alimentaire ne s’empire.

« Haïti a l’un des taux d’insécurité alimentaire chronique les plus importants au monde, avec plus de 50% des 11 millions d’habitants atteints d’insécurité alimentaire chronique », a expliqué M. Verhoosel.

Au début de l'année, 2,6 millions Haïtiens étaient en situation d'insécurité alimentaire. Si la situation actuelle se poursuit, des milliers de personnes déjà confrontées aux conséquences de l'insécurité alimentaire pourraient être encore plus touchées, l'aide alimentaire ne pouvant leur parvenir.

« Le PAM encourage tous les acteurs à respecter les principes d'humanité, d'impartialité, de neutralité et d'indépendance opérationnelle et à permettre aux acteurs humanitaires de fournir une assistance aux personnes qui en ont le plus besoin », a déclaré Hervé Verhoosel.

L'agence onusienne se tient prêt à organiser des distributions et des livraisons d'aide alimentaire chaque fois que la situation sécuritaire le permet. Elle travaille en coordination avec le système des Nations Unies dans le pays, qui a une approche commune pour évaluer la situation, que l’ONU suit au quotidien.