Перейти к основному содержанию

Burkina Faso : urgence humanitaire sans précédent, avertit le PAM

Страны
Буркина-Фасо
Источники
UN News
Дата публикации
Происхождение
Просмотреть оригинал

Le Burkina Faso, pays d'Afrique de l'Ouest comptant plus de 19 millions d'habitants, est confronté à une urgence humanitaire sans précédent en raison de l'insécurité croissante dans plusieurs régions du Sahel, a averti le Programme alimentaire mondial (PAM) vendredi.

« C'est un réel problème de sécurité alimentaire, en particulier pendant la période de soudure, entre juin et septembre, lorsque la nourriture se fait rare avant la prochaine récolte », a précisé le porte-parole du PAM, Hervé Verhoosel, lors d’un point de presse à Genève.

L’insécurité alimentaire est aggravée en période de soudure

Selon le PAM, près de 688.000 personnes dans ce pays sahélien sont en situation d'insécurité alimentaire durant cette période de soudure.

Les déplacements au Burkina Faso ont été multipliés par cinq depuis décembre 2018. Près de 240.000 personnes ont fui leur domicile, selon les statistiques officielles. L'insécurité a également entraîné la fermeture de centres de santé et d'écoles, ce qui a touché près de 330.000 enfants.

Le PAM intensifie son assistance aux personnes touchées par la crise et aux communautés qui luttent pour se nourrir pendant la période de soudure. Il a aidé plus de 100.000 personnes déplacées de janvier à juillet 2019.

Au total, le PAM prévoit de fournir une assistance d'urgence à près de 700.000 personnes au Burkina Faso, dont 220.000 personnes déplacées à l'intérieur du pays, 220.000 personnes dans les communautés hôtes et 257.000 personnes touchées par l'insécurité alimentaire pendant la période de soudure.

Renforcer le développement et la résilience

Malgré la priorité immédiate accordée à la réponse alimentaire et nutritionnelle d'urgence, le PAM poursuit ses activités de développement et de résilience afin d'empêcher les communautés vulnérables de sombrer dans l'insécurité alimentaire et la malnutrition.

« Toutes les mesures nécessaires doivent être prises pour remédier à cette situation et faire en sorte que personne ne soit laissé pour compte, mais surtout pour s'attaquer aux causes profondes de la crise au Sahel, notamment la pauvreté, le changement climatique et l'exclusion sociale », a déclaré M. Verhoosel.

Des activités de relèvement, en partenariat avec la FAO, sont planifiées pour aider les personnes déplacées à déployer leurs activités dans l'agriculture et d'autres moyens de subsistance.

« Si les conditions de sécurité ne leur permettent pas de rentrer chez elles, ces programmes leur permettront de devenir plus autonomes et de ne pas dépendre totalement de l'assistance du PAM à long terme », a expliqué le porte-parole du PAM.

Le Programme continue de fournir un appui nutritionnel à la prévention et au traitement de la malnutrition chez les personnes déplacées et les personnes touchées par la période de soudure. Il a fourni un appui nutritionnel à plus de 71.000 enfants âgés de 6 à 59 mois et 28.500 femmes enceintes et mères allaitantes sous-alimentées entre janvier et mai 2019 dans les régions de l'Est, du Nord, du Centre-Nord et du Sahel.

Enfin le PAM continue d'investir dans l'économie locale en achetant plus de 75% de ses produits en nature, ce qui réduit les délais d'approvisionnement en stocks et a un impact sur l'économie locale.

Le PAM achète des produits sur place localement depuis 2013. En se concentrant exclusivement sur 2018 et 2019, le PAM a contribué à l'économie locale à hauteur de 30,1 millions de dollars.

L’agence onusienne a lancé un appel à la communauté internationale de 35,3 millions de dollars pour couvrir les besoins urgents jusqu’à la fin de l’année au Burkina Faso.

Visite de David Beasley, Directeur exécutif du PAM, au Burkina Faso

Le Directeur exécutif du PAM, David Beasley, s'est rendu au Burkina Faso cette semaine. Il a rencontré les autorités, dont le Président Roch Marc Kabore, et s’est rendu dans le centre-nord du Burkina Faso où il a rencontré les communautés qui travaillent avec le PAM pour restaurer les terres dégradées.

M. Beasley a appelé à des investissements supplémentaires de la part de la communauté internationale au Burkina Faso et au Sahel pour renforcer les moyens de subsistance ; restaurer les écosystèmes ; créer des emplois ; construire la cohésion sociale ; et aider les gouvernements à réaliser un développement durable pour s'attaquer à certaines des causes profondes des problèmes de la région.