Skip to main content

Ituri : Deux marchés publics construits par la MONUSCO pour réduire la violence

Countries
DR Congo
Sources
MONUSCO
Publication date
Origin
View original

JEAN-TOBIE OKALA

Bunia, le 16 août 2019 - Les autorités locales et la MONUSCO ont inauguré le mardi 13 août 2019 deux hangars et des latrines remis aux autorités de Kparanganza, chefferie de Walendu Tatsi, dans le Territoire de Djugu en Ituri. Le marché de Kparanganza est très fréquenté par les membres des deux communautés Hema et Lendu et d’autres usagers des groupements voisins ou même ceux venant de Bunia. Il est aussi situé au cœur d’une des zones touchées par la violence des bandes armées, un phénomène qui a déjà suscité des appréhensions mutuelles entre communautés. Ce projet dont le cout total est de 27,543 dollars américains vise à faciliter les échanges économiques, renforcer la cohabitation pacifique, et favoriser l’encadrement des jeunes à travers les activités agricoles. Malgré le contexte sécuritaire fragile, le partenaire national, l’ONG Association pour la promotion de l’Hygiène et de Développement Intégral des Vulnérables (APROHDIV) a pu mener le projet à terme avec le concours des autorités concernées. Dans son allocution, le chef de Walendu Tatsi, Joel MandeLonema, a salué cette réalisation en mettant fermement en garde tous ceux qui chercheraient à nuire à l’instauration d’un climat pacifique.

Le 15 août 2019, la MONUSCO a remis également aux autorités coutumières du Secteur de Bahema Sud dans la Province de l’Ituri deux hangars et des latrines construits au marché de Nyamavi, une localité située à environ 65 kilomètres au sud de Bunia au bord du Lac Albert. Cette intervention de 50,000 dollars américains s’inscrit dans le cadre des projets de Reduction de la Violence Communautaire et a été mise en œuvre par l’ONG locale Programme d’Action pour le Développement Intégré (PADI).

Il convient de noter que ce projet a visé plus la réinsertion sociale des Ex- combattants, des jeunes à risques et des hommes et des femme vulnérables dans leur communauté respectives. Kataloho Takumara, chef du Secteur de Bahema, a rappelé que jusqu’à présent les marchands exposaient leurs produits à même le sol, sans être protégés du mauvais temps. Le Chef de Secteur a parlé d’un « impact positif » car « ce projet a permis une réduction des violences : les démobilisés qui n’avaient pas d’occupation ont été mis à contribution». Le président des jeunes de Nyamavi a pour sa part précisé que le projet a permis à plusieurs démobilisés de répondre à des besoins vitaux au cours d’une période caractérisée par les difficultés de la pêche au Lac Albert.

Outre l’amélioration des conditions de travail des commerçants, ces deux projets faciliteront un rapprochement et la coexistence pacifique entre communautés à travers la poursuite des échanges économiques. Une politique prônée depuis des années par la Monusco, ainsi que le rappelait encore récemment le Représentant spécial adjoint ad intérim du Secrétaire général de l'ONU en RDC, chargé de la Protection et des Opérations, François Grignon, pour qui « beaucoup de conflits sont liés au manque d’opportunités économiques, au manque de développement qui touche les provinces. »