Skip to main content

PAM Burkina Faso Réponse à l’urgence Rapport de situation #2 12 Juillet 2019

Countries
Burkina Faso
Sources
WFP
Publication date

En chiffres

  • 1.2 million personnes affectées (Plan de réponse humanitaire, OCHA)

  • 219,756 personnes déplacées (CONASUR – juin 2019)

  • 688,000 personnes dans le besoin d’assistance alimentaire (Cadre Harmonisémars 2019)

Faits saillants

• Un financement de 33.1 millions de dollars est nécessaire pour assurer une assistance d'urgence adéquate et opportune aux personnes affectées de juillet à décembre 2019. Sans contributions supplémentaires, un déficit financier est prévu à partir de septembre 2019.

• Le PAM a fourni une assistance à 38 168 PDIs en Juin.

• Les résultats préliminaires de l’évaluation des besoins essentiels démontrent des conditions critiques de sécurité alimentaire pour les PDIs et les communautés hôtes.

Situation Update

• Au Burkina Faso, la situation sécuritaire se détériore rapidement sur l'ensemble du territoire. La portée des tensions intercommunautaires s'intensifie et s'étend de plus en plus au plan géographique. Cette situation pourrait aggraver davantage la condition des personnes vulnérables et l'insécurité alimentaire compte tenu de la période de soudure qui s’installe et des contraintes liées à l’accès.

• Le nombre de personnes déplacées internes (PDI) est en hausse, avec plus de 219 000 personnes actuellement inscrites auprès du CONASUR. On relève une augmentation de plus de 47 000 personnes par rapport à la mi-juin, ainsi qu’une augmentation considérable (de 15 pour cent) par rapport au nombre initialement estimé de PDIS pour 2019 (190 000).

• Les mouvements du personnel humanitaire sont restreints dans les parties Nord et Est du pays. Toutefois, le PAM a renforcé sa capacité technique en recrutant un expert en accès chargé d’évaluer la situation actuelle et les scénarios à venir dans les régions du Nord, du Sahel, du Centre-Nord et de l’Est.

• Une première mission menée dans la région du Nord a souligné que :

(i) l’accès à la région était possible mais des stratégies spécifiques devaient être mises en place pour les zones voisines de la région du Sahel et du Mali ; (ii) les populations vulnérables ont un accès limité aux services de base, ce qui aggrave les vulnérabilités chroniques et saisonnières; (iii) les groupes armés non étatiques restreignent l’accès des femmes à la culture; le renforcement de l’acceptation à travers la radios locale est fondamental pour la poursuite des opérations dans la région.