Saltar al contenido principal

Tchad : Plan de réponse pays pour les réfugiés 2019 - 2020

Países
Chad
+ 3
Fuentes
UNHCR
Fecha de publicación
Origen
Ver original

Contexte et réalisations

Pays enclavé, le Tchad partage ses frontières avec le Soudan à l'est, la République Centrafricaine (RCA) au sud, le Cameroun, le Nigeria et le Niger à l'ouest et la Libye au nord. Au cours des deux dernières décennies, ce pays a généreusement accueilli des centaines de milliers de réfugiés ayant fui les conflits et les persécutions au Soudan, en RCA et au Nigéria et leur a fourni protection et assistance bien qu'étant à la 186ème place sur 189 pays listés par l'Indice de développement humain 2017 (PNUD).

Par ailleurs, depuis 2015, la menace terroriste émanant du groupe État Islamique en Afrique de l'Ouest (EIAO ou ex Boko Haram) a incité le gouvernement du Tchad à déclarer et maintenir l'état d'urgence dans la région du Lac. Cet événement ajouté à d'autres problèmes de sécurité auxquels fait face le pays ont poussé le Gouvernement à fermer ses frontières avec la République centrafricaine, le Nigéria et plus récemment la Libye. Cela a perturbé la transhumance transfrontalière traditionnelle et les échanges commerciaux, avec des conséquences sur l'économie nationale. Cependant, les principes fondamentaux de la protection internationale n'ont pas été affectés car le Gouvernement a veillé à ce que les réfugiés continuent d'avoir accès à son territoire ainsi qu'aux procédures en matière d'asile.

Au cours de ces dernières années, la chute du prix du pétrole, les efforts déployés pour garantir la sécurité nationale face aux menaces exogènes, les conséquences du changement climatique, les faibles investissements publics et privés dans le développement, la baisse de revenus causée par la perturbation des échanges transfrontaliers avec la République Centrafricaine ont malheureusement entrainé le Tchad dans une crise socio-économique et une profonde récession.

Pour faire face à la situation et répondre aux besoins de sa population, le Gouvernement du Tchad s'est efforcé de générer davantage de recettes fiscales tout en réduisant les dépenses par le biais des réformes administratives et politiques. Ainsi, 16 mesures d'austérité urgentes ont été mises en place et ont eu un impact sur la population alors que le taux de pauvreté dans le pays pourrait atteindre 40% en 20191 . Les réfugiés et autres populations déplacées sont parmi les plus vulnérables aux effets de ces mesures.

Dans la même lancée, le Gouvernement a sollicité l'aide du Fonds Monétaire International (FMI) et de ses partenaires bilatéraux et multilatéraux à travers la table ronde des donateurs à Paris en septembre 2017. Il y a obtenu plus de 20 milliards de dollars USD en promesses pour la mise en œuvre de son Plan National de Développement (PND) 2017-2021. Les agences du Système des Nations Unies à travers l'UNDAF apportent actuellement leur appui au PND et aux autorités tchadiennes dans l'élaboration ou la révision des Plans Provinciaux de Développement (PPD) afin de faciliter l'orientation et l'usage des fonds promis, à travers des actions concrètes au niveau local. Les provinces du Lac Tchad et de l'Ouaddaï ont initié leur plan de développement. Ceux-ci faciliteront une meilleure mobilisation des fonds et l'orientation des interventions sur le terrain.

Pour le futur, les priorités nationales sont entre autres : la stabilisation des financements publics, la diversification de l'économie et l'atténuation des risques au niveau régional pour sécuriser certains corridors commerciaux devant favoriser la circulation des biens et des personnes. Ces éléments sont nécessaires, non seulement pour les échanges commerciaux, mais aussi pour renforcer les finances publiques dans les services sociaux de base et attirer les investissements privés dans le but d'une véritable relance économique. Cependant, les situations post-électorales au Nigeria et au Soudan en 2019 pourraient impacter la situation sécuritaire et économique du Tchad tout comme la présence des groupes armés actifs dans la région. Cependant, l'engagement et la détermination du Gouvernement pour promouvoir la paix dans la région sont à saluer.

Il est à noter les signes récents de relèvement économique avec une augmentation progressive des revenus agricoles. Ceux-ci constituent le principal secteur d'emploi avec près de 75% de la population tchadienne en âge de travailler. En 2018, les recettes pétrolières représentaient 89% des exportations totales tandis que le Tchad dispose d'un potentiel agricole considérable. Ce secteur représentait près de 50% du PIB en 2017. En 2018, le Gouvernement a adopté une politique agricole en faveur du développement de la chaîne de valeur et de l'intégration, comme un pilier de sa stratégie de développement. Il a également investi dans le développement des infrastructures d'intégration régionale notamment l'interconnexion électrique, la préservation du bassin du lac Tchad, le projet de fibre optique visant à renforcer les capacités de communications et de technologies de l'information moderne, efficaces et moins chères ainsi que la construction d'une route transsaharienne Algérie – Niger – Nigéria – Tchad .