Skip to main content

Mali : Plan de réponse humanitaire (janvier - décembre 2019)

Countries
Mali
+ 3 more
Sources
OCHA
Publication date
Origin
View original

POPULATION TOTALE
19,4M

PERSONNES DANS LE BESOIN
3,2M

PERSONNES CIBLÉES
2,3M

FONDS REQUIS EN USD
296M

# PARTENAIRES HUMANITAIRES
196

PRÉFACE DE LA COORDONNATRICE HUMANITAIRE

PARTIE I: PRÉFACE DE LA COORDONNATRICE HUMANITAIRE

Le Mali continue d’être marqué par la crise complexe survenue en 2012, dont les conséquences multiformes sur les populations civiles, en particulier les ménages vulnérables, et sur la stabilité du pays restent une préoccupation majeure pour les autorités nationales et la communauté internationale. Les conflits et l’insécurité continuent d’être des freins majeurs à la présence des services sociaux étatiques de base et leur accessibilité dans le nord et le centre du pays.

La crise politico-sécuritaire et les aléas naturels (inondations, sécheresse) exacerbent une vulnérabilité chronique qui se reflète aussi par sa position dans l’Indice de Développement Humain (HDI1) 182/189. Les effets du changement climatique se traduisent par la raréfaction et l'irrégularité des pluies, les décrues précoces au niveau du delta intérieur du Niger et l'ensablement des terres cultivables. Ces facteurs sont propices à l'insécurité alimentaire et nutritionnelle et provoquent des déplacements de populations qui, au-delà de la souffrance et la précarité des personnes déplacées, ont des conséquences néfastes pour la cohésion sociale.

Environ 7,2 millions de personnes, soit plus de 35% de la population du pays, vivent dans les régions affectées par la crise que sont Mopti, Tombouctou, Taoudénit, Gao, Ménaka, Kidal et Ségou (Niono et Macina), dont environ 51% de femmes, 19% d’enfants de moins de 5 ans et 3,5% de personnes âgées de 60 ans et plus. L’insécurité alimentaire touche presque un malien sur cinq (Aperçu des Besoins Humanitaires 2019). Les femmes et des filles sont particulièrement vulnérables du point de vue de la protection dans les zones les plus affectées du nord et du centre du Mali. Par contre, la campagne agricole 2018-2019 présente des résultats excédentaires avec des productions agricoles jugées moyennes à bonnes (Cadre Harmonisé, novembre 2018).

Les interventions humanitaires en appui aux efforts gouvernementaux permettent de garantir un niveau minimum de satisfaction des besoins vitaux des populations vulnérables dans les zones affectées par les conflits et les aléas climatiques. Les acteurs humanitaires estiment qu’en 2019, 3,2 millions de personnes auront besoin d’assistance humanitaire comparé à 4,2 millions de personnes en 2018 et que leurs capacités de réponse leur permettent de cibler 2,3 millions d’entre elles, alors que 2,9 millions de personnes ont été ciblées en 2018. La réduction du nombre de personnes dans le besoin est due à la fois aux résultats positifs de la campagne agricole et à l’impact de l’assistance humanitaire fournie en 2018. A titre illustratif, la région de Kayes a connu une nette amélioration de l’état nutritionnel des enfants de moins de 5 ans, avec un taux de prévalence de malnutrition aiguë globale qui est passé de 14,2% en 2017 à 9,2% en 2018 (SMART 2018). Bien que ces résultats soient encore fragiles, seuls des efforts renouvelés pourront permettre de les consolider pour véritablement stabiliser la situation des populations et des communautés affectées.

Aujourd'hui, avec ce plan de réponse humanitaire, les acteurs humanitaires renouvellent leur engagement à œuvrer pour sauver des vies, alléger les souffrances et préserver la dignité des ménages les plus vulnérables et à renforcer leur résilience.

Ce plan met l'accent sur la réponse d'urgence par le biais d’une approche inclusive et participative, les interventions visant à assurer la continuité de la fourniture des services sociaux de base, le renforcement des filets sociaux de protection sociale et des moyens d’existence ainsi que la mise en place d’une réponse humanitaire de protection holistique adaptées aux populations affectées. La réponse prendra en compte également le genre et les spécificités des différentes catégories de la population cible dans le but de maximiser l'impact des projets sur toute la communauté.

En 2019, la communauté humanitaire s’efforcera d’améliorer la redevabilité et la transversalité de la protection dans leurs interventions et de poser les jalons du nexus et la « nouvelle manière de travailler » avec les acteurs de développement afin de réduire les vulnérabilités structurelles.

La communauté humanitaire envisage un plan de réponse pluriannuel à partir de 2020. La préparation cette année du post-Cadre Stratégique pour la Relance Economique et le Développement Durable du Mali pour 2020-2024 et du nouveau cycle du Plan Cadre des Nations Unies pour l’Assistance au Développement (UNDAF) pour la même période présentent une opportunité unique de renforcer l’analyse et la cohérence de la planification humanitaire et de développement.

Je lance un appel aux bailleurs de fonds pour qu’en cette année charnière pour l’opérationnalisation du nexus, ils renforcent leur appui aux agences et aux ONG nationales et internationales du Mali pour leur permettre de continuer à répondre aux besoins les plus pressants et consolider les acquis tout en œuvrant à renforcer la résilience. Une attention particulière est souhaitée pour les secteurs sous financés en 2018 à savoir la protection, les Abris/BNA et l’EHA en plus des autres secteurs pour lesquels les efforts doivent être renouvelés. Il est utile de rappeler que grâce aux contributions des bailleurs de fonds en 2018, les acteurs humanitaires ont pu, entre autre, apporter une assistance alimentaire à plus d’un million de personnes, assurer 800 000 consultations médicales qui ont touché 1 million de personnes, apporter l’eau potable à 280 000 personnes, d’assurer la prise en charge de 124 000 enfants atteints de MAS, 106 145 enfants et 26 667 femmes enceintes et allaitantes (FEFA) souffrant de MAM et 101 102 enfants de 6 à 23 mois et 44 564 FEFA en Blanket Feeding et renforcer les moyens d’existence de près de 900 000 personnes.

Je réitère mon engagement à œuvrer pour que la communauté humanitaire puisse agir en conformité avec les principes humanitaires d’humanisme, de neutralité, impartialité et indépendance opérationnelle et ait des conditions et un environnement de travail adéquats. Je continuerai également mes efforts de plaidoyer pour assurer la réponse aux multiples besoins des populations affectées où qu’elles se trouvent sur le territoire national

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs: To learn more about OCHA's activities, please visit https://www.unocha.org/.