Skip to main content

Cameroun : Key Message Update - L’Extrême-Nord continue d’être en insécurité alimentaire aigue Stress (Phase 2 ! de l’IPC), août 2018

Countries
Cameroon
Sources
FEWS NET
Publication date
Origin
View original

Messages clés

A la faveur d’une régularité des pluies dans l’Extrême-Nord avec des cumuls saisonniers similaires à la moyenne, les cultures évoluent normalement et sont au stade de floraison pour les céréales. Aussi, les commerçants qui faisaient le stockage des céréales ont commencé à déstocker. Par ailleurs, les flux entrant de maïs de la région voisine du Nord et du sorgho à partir du Tchad, contribuent aussi à l’approvisionnement moyen des marchés.

Le prix du maïs, céréale dominant dans les marchés, reste stable par rapport à la moyenne quinquennale, excepté une hausse de 23 pour cent sur le marché de Mora dans le département Mayo-Sava. Par contre, les prix du sorgho pluvial ou de saison sèche demeurent environ 15 pour cent au-dessus de la moyenne en raison de leur faible disponibilité. A l’exception du marché central de Maroua, sur les autres marchés de la région, les ménages doivent vendre au moins deux petits ruminants par rapport à un ruminant dans une année normale pour acquérir un sac de 100 kg de sorgho.

Pour générer des revenus et accéder aux marchés, les ménages pauvres (PDI et hôtes) sont obligés d’intensifier le recours au travail agricole et à la vente du bois ou du charbon de bois par rapport au moyen. L’assistance alimentaire en cours dans l’Extrême-Nord (distribution de rations complètes de vivres et distribution de cash par le PAM et CICR) touche 41 pourcent des populations (réfugiés, PDI, et hôtes) exposées à l’insécurité alimentaire aigue Crise (Phase 3 de l’IPC). Elle contribue à maintenir une insécurité alimentaire aigue Stress (Phase 2 ! de l’IPC) dans la région.

La situation sécuritaire demeure précaire dans l’Extrême-Nord et a été récemment marquée par des incursions meurtrières de Boko Haram, des enlèvements de personnes, des tentatives d’attentats suicides et le vol de plus de 200 têtes de bétail. Ailleurs, dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, les affrontements armés entre forces de sécurité et mouvements sécessionnistes et les déplacements de populations, affectent négativement les activités commerciales et agricoles avec l’abandonnement des champs et des récoltes, la destruction des infrastructures d’entreposage, et de transformation des produits industriels.