Aller au contenu principal

Analyse rapide de la sécurité alimentaire au nord du Sénégal (Données de février 2018)

Pays
Sénégal
Sources
Govt. Senegal
+ 1
Date de publication

Résumé Analytique

A l’issu de cette évaluation, les principaux résultats suivants sont dégagés :

Situation agro-pastorale

La situation agropastorale au nord du pays reste marquée par un déficit production céréalière et une faible disponibilité fourragers.

Principales causes du déficit de production et fourragers

Les déficits de production et fourragers observés au Nord du pays résulte d’une mauvaise répartition spatio-temporelle des précipitations. En effet, le Nord du pays est caractérisé par une installation tardive des précipitations et de deux longues pauses sèches et un arrêt précoce entrainant des re-semis et le non bouclement phrénologiques des principales céréales. De plus, les premiers semis qui avait pu résister aux stress hydriques ont subi d’attaque d’oiseaux granivores et des insectes. Par ailleurs, la situation pastorale est également marquée par un déficit fourrager très prononcé entrainant un départ très précoce à la transhumance et une dégradation des termes de l’échanges. A cela il faut ajouter que le pâturage disponible n’a pas suffisamment de valeur nutritive. Aussi, le peu de pâturage existant a été précocement consommé du fait de la forte pression et de la surcharge exercée par les troupeaux de bovins venant de la Mauritanie.

Niveau des stocks céréaliers et couverture des besoins des ménages

La situation de la campagne a pour conséquence une faible disponibilité des stocks céréaliers au niveau des ménages. Les ménages des départements concernent estiment les pertes de production à plus de 60% du fait du stress hydrique, des oiseaux granivores entre autres. De fait, plus de 50% des ménages enquêtés ne disposent plus de stocks céréaliers, 14% dispose de stock pouvant aller jusqu’à fin mars alors que seulement 6% des ménages peuvent se nourrir de leurs propres productions sur les 3 à 4 prochains mois. Ce niveau de stocks varie d’un département à un autre. Le département de Linguère est la plus faible couverture des besoins céréaliers à partir de la production ; 60% des ménages de ce département n’ont plus de stock. Cette situation va accentuer la dépendance aux marchés.