Saltar al contenido principal

Lutter contre les inondations dans les quartiers informels de Dakar

Países
Senegal
Fuentes
Govt. France
Fecha de publicación
Origen
Ver original

Depuis 2005, les inondations sont devenues un problème récurrent à Dakar en saison des pluies, en particulier dans le quartier Pikine Irrégulier Sud, où les conditions de pauvreté et d’insalubrité sont devenues préoccupantes et freinent le potentiel de développement économique important de cette population. Ce projet aux multiples composantes a pour objectif de réduire cette vulnérabilité.

Une extrême vulnérabilité aggravée par le dérèglement climatique

Problème d’extrême vulnérabilité du territoire face à un aléa pour l’instant « normal », les inondations régulières que connaissent les quartiers périphériques de Dakar devraient augmenter avec le changement climatique et l’augmentation de la fréquence des évènements pluvieux fréquents. A titre d’illustration :

  • les inondations de 2012 ont touché environ 150 ha sur la ville de Dakar. Plus de 8000 maisons situées à Pikine ont été inondées

  • Au niveau national : en 2012, les inondations ont causé la mort de 26 personnes ; 264 000 personnes ont été affectées. Plus de 5000 familles ont dû être relogées.

Une priorité du gouvernement sénégalais

Le gouvernement du Sénégal a fait de la lutte contre les inondations une de ses priorités, reflétée dans le Plan Sénégal Émergent et transcrit opérationnellement dans le Plan Décennal de Gestion des Inondations, adopté en 2012.

La résilience face au changement climatique de Dakar et sa région, située en zone vulnérable, est également essentielle pour le pays. Actuellement, la Banque Mondiale estime que la valeur des actifs économiques vulnérables aux inondations dans la seule région de Dakar s’élève à 40 milliards d’euros, soit près de deux fois le PIB du pays

Pikine Irrégulier Sud, un quartier d’habitat informel de la commune de Pikine, y est particulièrement vulnérable, notamment depuis la réalisation de l’autoroute liant Dakar à Diamniadio, qui traverse la zone. Il rassemble plus de 300 000 habitants, soit 10% de la population de la grande région de Dakar. La majorité vit sous le seuil de pauvreté et bénéficie de peu d’équipements publics. Le projet vise à réduire la vulnérabilité de ces populations en les protégeant des inondations qui les affectent annuellement.

Objectif : 200 000 personnes hors de l’eau

La finalité du projet est de promouvoir un développement équilibré du territoire sénégalais. Ainsi, l’objectif spécifique du projet est d’aménager le territoire de Pikine Irrégulier Sud (PIS) afin de réduire sa vulnérabilité aux inondations et eaux stagnantes insalubres dont sont victimes les populations locales.

La superficie inondable représente 30% de la superficie de Pikine Irrégulier Sud. Deux phases sont prévues : - phase 1 en cours, financée par le projet d’autoroute : réduction de la superficie inondable à 17% - phase 2 (financement en cours 50 M€) : réduction de la superficie inondable à 7% de la superficie de PIS.

Soit 200 000 personnes au total mises hors d’eau.

Cet objectif sera atteint grâce aux quatre composantes du projet :

  • Infrastructures de drainage des eaux pluviales : système de bassins de rétentions et de collecteurs gravitaires visant à évacuer les eaux pluviales.

  • Assainissement des eaux usées : mise en place des réseaux de collecte des eaux usées nécessaires pour protéger les infrastructures de drainage contre les infiltrations d’eaux usées. Ces réseaux seront connectés au système de traitement de la baie de Hann en cours de réalisation.

  • Plan d’action de réinstallation. Cette composante, à la charge de l’Etat sénégalais, a pour objectif de dédommager et reloger les personnes vivant dans les zones les plus vulnérables qui correspondent aux emplacements des futurs bassins de rétention.

  • Renforcement de capacités de l’office national d’assainissement du Sénégal (ONAS) pour l’entretien des infrastructures, le drainage des eaux pluviales et une prestation d’information et de sensibilisation des populations de Pikine Irrégulier Sud.

  • Une composante complémentaire de Gestion Intégrée des Inondations a été soumise à considération pour un financement du Fonds Vert pour le Climat.

De multiples bénéfices pour Dakar et ses habitants

Le projet aura un impact positif sur le bien-être et la santé de 200 000 personnes vivant à Pikine Irrégulier Sud.

Il réduira également la vulnérabilité des biens et des activités économiques dans la zone.

Le rabattement de la nappe phréatique permettra de diminuer la pollution de celle-ci due à l’infiltration des eaux usées.

Enfin, le projet réduira considérablement la vulnérabilité au changement climatique de Pikine Irrégulier Sud, dont l’effet projeté est l’augmentation de la fréquence des évènements pluvieux de forte intensité.

Signé durant la COP 21

C’est dans le cadre de la COP21 que le ministre sénégalais de l’Economie et des Finances, Amadou Bâ et le Directeur général adjoint de l’AFD, Jacques Moineville, ont signé le 2 décembre 2015 à Paris, en présence de la secrétaire d’Etat au Développement et à la Francophonie, Annick Girardin et de la ministre de l’Ecologie, Ségolène Royal, une convention de financement d’un montant de 50 M€, relative au projet de lutte contre les inondations à Pikine Irrégulier Sud.