Saltar al contenido principal

Mali : l'ONU estime qu'un temps précieux a été perdu dans la mise en œuvre de l'accord de paix

Países
Malí
Fuentes
DPKO
Fecha de publicación
Origen
Ver original

6 octobre 2015 – A l'occasion d'une réunion du Conseil de sécurité consacrée à la situation au Mali, le Représentant spécial du Secrétaire général dans ce pays, Mongi Hamdi, a regretté mardi qu'un temps précieux ait été perdu dans la mise en œuvre de l'accord de paix du 20 juin 2015.

« Le calendrier de mise en œuvre a subi de graves revers pendant les trois mois suivants le parachèvement de la signature de l'accord de paix du 20 juin. Ceux-ci ont été principalement provoqués par de fréquentes violations du cessez-le-feu, dans un contexte caractérisé par les actions des groupes terroristes et des activités liés au trafic transnational illicite », a dit M. Hamdi lors d'un exposé devant les membres du Conseil.

« Les violations du cessez-le-feu ont limité les progrès dans la mise en œuvre de l'accord. Du temps précieux a été perdu », a-t-il ajouté.

Au cours des derniers mois, la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) s'est efforcée de surmonter ces défis en dédiant notamment des ressources militaires à la protection des civils à Kidal et Anéfis, dans le nord du Mali. La Mission a également accru sa surveillance des mouvements des groupes armés.

« Troisièmement, et c'est le plus important, pour lutter contre les violations du cessez-le-feu, qui conduisent souvent à de graves violations des droits de l'homme et du droit humanitaire, j'ai utilisé mes bons offices pour persuader les parties prenantes de respecter leurs engagements et d'éviter une escalade des tensions », a expliqué le Représentant spécial.

M. Hamdi a indiqué qu'il a notamment facilité une réunion conjointe, le 23 septembre à Bamako, de dirigeants des mouvements politico-militaires, la Plateforme et la Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA), « pour mettre fin à l'impasse politique ».

A cette réunion, les parties prenantes ont notamment convenu de cesser les hostilités et de reprendre le processus de paix.

« Je suis heureux de vous faire savoir que le cessez-le-feu et les termes de ces accord sont maintenant respectés », s'est félicité le Représentant spécial.

Selon lui, « les difficultés de ces derniers mois montrent l'importance de l'implication résolue de la communauté internationale pour éviter une escalade et faire repartir le processus de paix ». « Elles montrent également l'urgence de réaliser des progrès au sein des institutions établies par l'accord de paix. La communauté internationale, avec la MINUSMA jouant un rôle clé, doit rester impliquée dans les efforts politiques pour réduire les tensions », a ajouté M. Hamdi.

Selon lui, la priorité actuelle est de « reconstruire la confiance entre les parties prenantes maliennes, promouvoir la réconciliation nationale et combattre l'impunité ». « A cet égard, la MINUSMA soutient une Conférence d'entente nationale », a-t-il ajouté. Par ailleurs, afin de contribuer à un environnement plus sûr, la MINUSMA prévoit de déployer des engins aériens sans pilote et de redéployer des troupes afin d'élargir sa présence dans les zones clés du nord du pays.